Garder la ligne quand on est auteure...



Pour une fois, on va parler d'autre chose que d'écriture pure.
On va parler d'autre chose que techniques narratives, impact de la fiction dans la société, ou prochaines publications. Pour une fois, on va parler d'un truc sérieux, important, difficile : comment nous, les femmes auteures, qui écrivons toute la journée, à temps plein, assises à nos bureaux en ne bougeant que les doigts, faisons-nous pour "garder la ligne" ?

 

Model 95473 960 720

La question se pose

Eh oui ! Parce que croyez-moi, c'est pas simple !
On dit que le cerveau "grille" beaucoup à lui seul... ^^
Je peux vous assurer que, lorsque vous passez votre journée à écrire, chez vous, sans bouger, les heures de course effrénée passées sur votre clavier ne suffisent pas à éliminer le peu que vous ingérez.
Je ne sais pas comment font mes consoeurs, mais en ce qui me concerne, avec les années qui passent et le nombre de pages qui s'accumulent, garder la ligne est devenue une véritable gageure.

Tape 403593 960 720


Normalement, si les choses étaient bien faites, plus nous nageons dans nos histoires, plus nous devrions être longilignes et musclées, non ? Plus nous nous ébattons dans notre imaginaire, et plus nous devrions revenir légères et toniques !
Eh bah pas du tout. C'est tout le contraire.
Chez nous, les heures de fight avec nos personnages nous ankylosent, et les heures de plongée dans nos intrigues nous alourdissent. Résultat des courses : garder la ligne quand on écrit, est au moins aussi difficile que de peser de tout son poids dans l'édition française.

Woman 865111 960 720

Conséquences :

Il faut cumuler deux impératifs pour garder la ligne et rester en formes :

Allégé....                                                                                                              et allègement !


Allégé                           Allègement

 

Et croyez-moi, par moments, on se passerait bien d'avoir un boulot aussi statique physiquement, et aussi mouvementé dans sa tête ! ;)

Il fallait que ce soit dit.

C'est fait.

Pour autant, force est de reconnaître que ces impératifs ont de bons côtés. Ils nous obligent à manger sainement, à nous contenter de peu, à décrocher de nos écrans, à aller prendre l'air... En fait, garder la ligne, quand on est auteure, peut même nous aider à écrire mieux et davantage ! Comme disait Gandhi : "J'ai tellement de choses à faire aujourd'hui qu'il me faudra au moins deux heures de méditation pour tout accomplir". Dans notre cas, nous obliger à bouger tous les jours a souvent un impact très bénéfique sur notre productivité :).
 
Voilà, amis lecteurs, dorénavant, vous savez tout de ce qu'il nous faut endurer pour vous proposer de nouveaux écrits de qualité ! La prochaine fois que vous nous lirez, pensez à ce qu'on a dû s'infliger !... Nos efforts quotidiens valaient bien un petit billet, non ? ;)

 

Girl at computer 1382934 960 720
 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

Olivier Rebiere
  • 1. Olivier Rebiere (site web) | 05/11/2016

Eh bien Stéphanie, il me semble qu'il faut s'imposer des promenades, des mouvements physiques :-)
J'ai découvert qu'avec un petit bracelet électronique, on peut se motiver tout simplement à faire des pas, à se bouger, et tout va mieux :-)

Amicalement,
Olivier.

stephaten

J'ai opté pour le vélo elliptique quand il fait moche ;)

Morgane Pinon
  • 3. Morgane Pinon (site web) | 05/11/2016

Très bonne question ! Surtout qu'on peut facilement grignoter entre les repas devant l'ordinateur ;)
Mais de mon côté, j'arrive à ne pas trop m'empâter étant donné que je n'écris pas à temps plein et que je marche pas mal pour me rendre au laboratoire pour mon deuxième métier (ou premier qui sait !).
Comme j'aime le dire, chimiste le jour et écrivain la nuit ;) Un sacré contraste, un peu comme Dr Jekyll et Mr Hyde. Je vous laisse imaginer laquelle de ces activités différentes correspond à Mr Hyde :P

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/11/2016