L’Orgueilleux avait décidé de couper son téléphone. Ce moment lui appartenait. À lui tout seul. Il avait commandé une seconde bouteille de Dom Pérignon, des plateaux « d’amuse-gueules » en ayant employé sciemment l’expression, et se préparait à savourer la fin du film… Le dénouement de son œuvre… Les derniers mots d’une page d’histoire avant d’entamer la suivante.

Les caméras se trouvaient à présent à l’hôpital, où on venait de tirer des coups de feu ! Le reporter dépêché sur place, en exclusivité et avant tout le monde, hurlait dans son micro ! Il se tenait debout sur l’esplanade enherbée, juste devant l’entrée où le chaos le plus total régnait. La tension et l’émotion atteignaient des sommets, on abordait le « climax », la phase critique, le point de non-retour. L’Orgueilleux observait le journaliste sans le voir, et l’entendait sans l’écouter. Il se noyait dans l’expression de son regard, dans l’écartèlement de ses traits, où horreur et fascination morbide se livraient un combat acharné. Les humains étaient tous les mêmes…

— Il y a eu des coups de feu ! Des dizaines de personnes se précipitent à l’extérieur, évacuées par le personnel hospitalier ! On ignore totalement ce qui se passe ! Je vais essayer d’interviewer des rescapés !!!

Il était tout aussi apeuré qu’excité, et cet état-là suintait à travers les images et les sons pour ruisseler jusque dans les foyers. Le feu et le sang avaient un pouvoir macabre que l’Orgueilleux se délectait de voir dégouliner de chaque poste de télé ! Le reporter parvint à attraper une infirmière qui tentait d’éloigner des patients.

— Mademoiselle ! Mademoiselle ! Que se passe-t-il à l’intérieur ?!

L’image tremblait, le caméraman ne savait plus où donner de la tête. Il courait, s’arrêtait, stabilisait… La réalisation était parfaite.

— Je ne sais pas ! cria la jeune femme terrifiée. On nous a dit qu’il y avait une fusillade dans les étages ! On nous a dit d’évacuer immédiatement !

— Quel étage ? Est-ce que vous savez où se trouve Medhi Lévy ?!

Elle tourna la tête vers les bâtiments, scruta l’aile des urgences avec angoisse.

— On nous a dit que ça venait de là ! dit-elle en pointant le secteur du doigt. Oh mon Dieu je crois que c’est pour lui ! Je crois que c’est pour lui qu’ils sont là !!!

Le reporter se remit à courir pour aller glaner d’autres informations, le cameraman lancé à sa poursuite. On pouvait entendre leurs souffles, leurs pas tambourinant le sol, les cris des gens autour d’eux… Malheureusement, on n’entendait pas les coups de feu, se désola l’Orgueilleux.

Images 9

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 13/02/2016