Bio

Image ecrire

Née en 1975, j’ai aspiré à devenir auteure dès l’enfance.



Mes pieds battaient l'air, assise à mon grand bureau, et je passais mon temps libre à écrire des histoires.
Je n'étais pas d'un tempérament solitaire, mais rêveur, incontestablement.
Je pouvais rester dans ma chambre toute une journée sans m'en rendre compte, plongée dans mes mondes.

L’adolescence a vu naître chez moi un engouement immodéré pour le cinéma, et a déterminé mon premier objectif professionnel : devenir scénariste.
Fan de Spielberg et de Scorcese, j'ai fait partie des cinq bacheliers sélectionnés par un organisme d'études à l'étranger, pour intégrer l'Université de Los Angeles... Mais la vie en a décidé autrement, et je ne suis pas partie.
Je me suis rabattue sur la prépa-cinéma de Nantes, section scénario, où j'ai pu étudier les techniques narratives et le cahier des charges cinématographique. A l'issue du cursus, il m'a de nouveau été impossible de partir à Paris pour prolonger ma formation...
La route semblait décidément barrée.

Je me suis donc réorientée.
Faculté de Droit d'Angers.
Par dépit, par manque d'envies, par nécessité.
J'ai décroché un DEUG, et j'ai très vite commencé à travailler...

Mais l'écriture ne me quittait jamais. Tout le temps, partout, sans que personne ne le sache vraiment, j'ai continué à entretenir la passion, sans plus oser me donner les moyens de mes ambitions. J'ai jonglé entre création et contraintes alimentaires de diverses manières : en devenant comédienne de théâtre, administratrice de compagnie, en dirigeant des ateliers d'écriture, en participant à des tournages, en noircissant des centaines de pages pour remplir mes tiroirs...

Jusqu'à ce que la vie me ramène soudain à un carrefour.
Après un licenciement économique, je me suis retrouvée sans perspectives d'emploi, pas mal de temps devant moi... et la rage au ventre.
Alors j'ai tout misé.
J'ai pris la décision de faire de l'écriture bien plus qu'une passion ou un hobby : un choix de vie et un état d'esprit.

Devenir ce qu'on pense être, est sans doute notre plus grand défi.
Aujourd’hui, je suis centrée tout entière sur mon imaginaire, vecteur énigmatique d’une inspiration qui ne l’est pas moins.
Et pour la première fois de mon existence, je me sens à ma place.

 

Pourquoi j'écris :

 

Parce que c'est dans ma nature.
Parce qu'une "société sans rêve est une société sans avenir".

Les histoires sont le reflet de ce que nous sommes
et de ce que nous pourrions être en même temps.

Elles sont nos pires critiques et nos meilleurs encouragements.

Elles sont autant d'outils capables d'infléchir notre réalité.

 Il est des pays et des cultures, où le conte est utilisé pour « y voir clair ».

J'écris parce que je crois dans le pouvoir de l'imaginaire.



« Les problèmes du monde ne peuvent pas être résolus
par des sceptiques ou des cyniques
dont les horizons se limitent à des réalités évidentes.
Nous avons besoin d‘êtres capables d’imaginer
ce qui n’a jamais existé ».

Albert Einstein


Albert einstein royalty free

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (4)

Bernie
  • 1. Bernie | 07/06/2015

Stéphanie, ce qui m'a séduit chez toi, c'est ton intelligence, ton esprit de répartie, ton humour, l'auto-dérision, ton imaginaire, et ta faculté de rebondir dans l'adversité.
Si je devais te résumer en une phrase, je dirais " une femme moderne, présente à son temps, créative autant qu'imaginative, d'une grande humanité, une très belle âme... "

stephaten

Sincèrement touchée Bernie... Ces compliments consacrent les efforts fournis pour devenir une telle personne. Merci, je poursuis ;).

Olivier Rebiere
  • 3. Olivier Rebiere (site web) | 18/01/2016

Continue à poursuivre ton rêve. Tu vas y arriver :-)
La persévérance et l'effort te caractérisent, de même que le talent !

stephaten

Un grand merci pour ton soutien Olivier !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 27/10/2016