Interviews des héros de Pangée


Ils ont entre 12 et 17 ans et sont nés différents.
Ils incarnent une génération nouvelle, mue par un puissant éveil,
et vont passer par de profondes mutations scellant le sort de l'Humanité.
Leur lien avec leur planète nous échappe totalement.
Ils sont les Enfants de Pangée.

Pangee visage

Rive Héral, 17 ans

Rive

Bonjour Rive. Merci d'avoir accepté de répondre à nos questions. Vous savez à présent que vous faites partie des Enfants de Pangée. Avez-vous peur de ce que vous êtes ?
La peur, ça dévore. Je ne suis pas trop du style à me laisser bouffer. Et puis je suis plutôt fier d'en faire partie... Même si j'avoue que ça me surprend : je ne me suis jamais senti particulièrement concerné par le sort de ma planète, j'avais d'autres chats à fouetter et une vie déjà bien assez compliquée. Mais être un élément de la meute, ça me plaît. Avant que tout ça ne commence, je n'avais aucune idée d'où se trouvait ma place. Je pensais même n'en avoir aucune.

Vous savez ce qui vous attend ?
Je boue de l'intérieur depuis plusieurs mois maintenant, et je sens qu'il ne s'agit que d'un prélude. Je sais que ça va être chaud... Il va y avoir de la casse. Mais on pourra pas y couper et de toute façon, y a qu'un truc qui m'obsède : m'impliquer. Je ne pourrai pas vous expliquer pourquoi, mais même en sachant que ça va empirer, je suis incapable de reculer.

Il y a des choses que vous regrettez de votre passé d'adolescent "normal" ?
En dehors de Lily, strictement rien.

Elle vous manque ?
Je ne redeviendrai entier que lorsque je l'aurai retrouvée. Il me manque une partie de moi-même depuis que je l'ai laissée. Je ne l'ai compris qu'une fois que je suis parti.

Il vous arrive de penser à votre père ?
... Oui. A ma mère aussi. Mais quand je pense à eux, c'est en des termes plutôt... étranges.

Du genre ?
Je ne vois plus les adultes comme mes supérieurs. Je les vois comme des gamins qui jouent aux grands. Je les vois comme des individus ayant besoin de recevoir deux ou trois leçons. Je les vois comme un potentiel et un danger en même temps. Un peu comme vous percevez les adolescents finalement.

Et la Terre ? Vous la voyez comment ?
... Comme ma maison, ma prof et ma mère en même temps. Elle est bien plus que tout ce qu'on vous a appris. Mais je sais qu'on va avoir du mal à vous le faire accepter.

Avez-vous des rêves ?
Remporter le bras de fer qui vient de s'enclencher et retrouver Lily.

Dans cet ordre ?
... Oui.

Si vous aviez, en tant qu'Enfant de Pangée, un conseil à nous donner, ce serait lequel ?
Ouvrez les yeux. Vous prendrez peur, mais c'est un mal nécessaire.

Si vous pouviez redevenir "normal"... ?
... Je refuserais.

PAGE SUIVANTE : interview de Corail

Corail Delage, 17 ans

Corail


Bonjour Corail. Merci d'avoir accepté de répondre à nos questions. Vous venez de découvrir que vous faites partie des Enfants de Pangée. Comment le vivez-vous ? Que ressentez-vous exactement ?
Je le vis mal... Je me sens désorientée, perdue, et très inquiète. Mais pas parce que je suis différente de vous. Parce que j'ai pleinement pris conscience que je vis dans un monde qui ne tourne pas rond. J'ai une envie irrépressible de faire du ménage, de tout chambouler, sans savoir comment m'y prendre. Je perçois l'écho d'un futur houleux, j'ai compris que nous sommes entrés dans un moment déterminant pour l'Humanité, un moment sombre... Et malgré tout cela,  je ne suis jamais sentie autant "moi". Je ne me suis jamais sentie autant à ma place.

Vous êtes fière d'être une Enfant de Pangée ?
Oui... je crois.
 

Avez-vous une idée de ce qui vous attend ? Qui pensez-vous être exactement ?
Ce qui m'attend, ce sont de lourdes responsabilités. Je les sens déjà peser, elles m'ankylosent, elles m'oppressent. C'est comme plonger par trois mille mètres de fond : vous descendez dans l'obscurité volontairement parce que vous devez l'explorer. Mon futur se trouve là : sous le poids de l'Humanité. Mais je l'accepte : apparemment, c'est pour ça que je suis née... Quant à "qui" je suis... La question serait plutôt "qu'est-ce" que je suis ? Je ne le sais pas moi-même. J'ai parfois la sensation d'être une espèce dans l'espèce. Je fais partie de l'Humanité, tout en faisant chambre à part.


De quoi avez-vous peur dans la vie ?
De l'échec.

Quel échec ?
Le nôtre.

Celui des Enfants de Pangée ?
Non, celui de l'Humanité. Si nous échouons, ce sont des millions d'années d'évolution qui finiront à la poubelle. Ce sera un énorme gâchis.

Qu'aimez-vous et n'aimez-vous pas dans la vie ? Donnez-nous des réponses simples et concrètes... des réponses d'adolescente !
J'aime les sciences, mon grand-père et le café. J'aime le petit globe posé sur mon chevet, et les arbres qui s'agitent devant ma fenêtre. Je n'aime pas les inconscients et les égoïstes. Je n'aime pas les immatures et les matérialistes. Je n'aime pas la viande, je déteste qu'on me prenne de haut, et je hais notre modèle de civilisation.

Avez-vous un rêve ?
Oui. Mais il ne vous plaira pas.

Dites toujours.
Je rêve d'éveil. Ce sera violent, difficile, douloureux, terrifiant, et tout le monde préfèrera retourner se planquer dans son pire cauchemar, mais je rêve de vous voir, vous les adultes, réaliser à quel point vous dormez.

Comment voyez-vous votre avenir ?
Comme un vaste champ de bataille, fumant, sanguinolent, plongé dans le brouillard d'un dénouement incertain.

Si vous pouviez redevenir "normale"... ?
... Je refuserais.
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

Jean Accolas
  • 1. Jean Accolas | 18/04/2017

Inspiration ... Courage ...

stephaten

Merci Jean :)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 17/04/2017